Nichée au pied du Ventoux et des Dentelles de Montmirail et fermée au sud par les Monts de Vaucluse, la plaine du Comtat Venaissin est l'un des rares endroits de Provence à bénéficier de la présence de l'eau. Déjà au Néolithique, l'homme y développe une civilisation basée sur l'agriculture. Puis l'artisanat et le commerce apparaissent grâce à l'apport de nombreuses migrations. Le Comtat conserve des vestiges celto-ligures : les oppida de Beaumes de Venise et de Venasque et Carpentorate, cité gauloise des Memini, au double caractère d'acropole et de marché. La conquête romaine favorise une prospérité agricole et commerciale avec l'installation en plaine de villae et crée des voies de communication, telle la Via Agrippa. Durant le Haut Moyen Age, la région vit sous la tutelle lointaine du Saint-Empire romain germanique. De nombreux villages naissent, construits sur des éperons rocheux ou à l'abri derrière des remparts.

Au XII
e siècle le comtat échoit au Comte de Toulouse. Mais en 1229, ayant perdu la croisade Albigeoise, ce dernier doit céder le territoire au Saint-Siège. Propriété papale indépendante du royaume de France, cette terre est administrée par un recteur italien qui réside à Carpentras dès 1320. La présence des papes fait de la cité une capitale intellectuelle et artistique. Les prélats, attirant bon nombre d'artistes, se font construire des palais à l'italienne. Cette identité d'enclave papale marque fortement l'histoire du Comtat. La présence des juifs y laisse aussi son empreinte. Installés dans le Comtat dès le Moyen Age, et expulsés du royaume de France en 1394, ils trouvent refuge auprès des papes qui les consignent au début du XVIIe siècle dans des " carrières ". Carpentras possède la synagogue la plus ancienne de France. Le massacre des Vaudois du Lubéron, en 1545, marque le début des guerres de Religion qui ravagent la région, aggravées par de terribles épidémies de peste.

D'une manière générale, le XVI
e siècle est un siècle de déclin. Le Comtat se relève au siècle suivant : la bourgeoisie issue de l'industrie naissante construit de majestueux hôtels particuliers et l'urbanisme améliore la vie par la construction de bâtiments publics, hôtels-Dieu, fontaines ... A la période révolutionnaire, et après bien des hésitations, le Comtat est rattaché à la France en 1791. Au XIXe siècle, les remparts des villages sont détruits, remplacés par des boulevards. La construction du chemin de fer et le canal permettant l'irrigation des terres transforment les garrigues en jardins de fruits et légumes destinés à l'exportation. Les particularités naturelles, l'architecture et les traditions locales, auxquelles se sont ajoutées des activités culturelles variées, affirment l'authenticité du Pays d'art et d'histoire de Carpentras et du comtat Venaissin.
Photos