La vallée de la Dordogne de siècle en siècle

la Préhistoire

Abris sous roche, dolmens et tumuli réunis parfois en grande nécropole, témoignent de son occupation précoce.



l'Antiquité

La résistance gauloise à la conquête romaine est illustrée par le site archéologique du Puy d'Issolud, reconnu depuis peu comme l'Oppidum d'Uxellodunum, décrit par Hirtius dans La guerre des Gaules.

Après la capitulation d'Uxellodunum, l'occupation romaine s'affirme. La fréquence des découvertes archéologiques et le nombre considérable de villages ayant conservé le nom avec un suffixe "acum" devenu "ac", indiquent la forte densité des domaines gallo-romains.


le Moyen Age


La vicomté de Turenne tient une place prépondérante. Ses possessions s'étendent à tout le pays et des châteaux s'installent sur le bord des falaises: tours de Saint-Laurent, Creysse, Montvalent, Bétaille, Teyssieu. Les puissants barons de Castelnau, vassaux des Turenne, élèvent leur château fort sur un promontoire de confluence.

Des villes marchandes se développent, favorisées par les vicomtes, telles Martel et Saint-Céré qui conservent un parcellaire ancien, des maisons à pans de bois, des demeures bourgeoises ou des palais urbains comme le palais de la Raymondie à Martel. Sous l'impulsion des seigneurs ou des abbés se créent les bastides, villes nouvelles de la fin du XIIIème siècle : Bretenoux (Villafranca d'Orlanda) ou Puybrun.

Le Pays participe aussi tout naturellement à la diffusion de l'art roman. Souillac en est le plus beau fleuron avec l'église abbatiale voûtée d'une file de couples et les sculptures du grand portail jamais achevé notamment le célèbre Isaïe. L'église du prieuré-doyenné de Carennac fondé par Cluny offre un tympan représentant le Christ entouré du Tétramorphe et des apôtres. A Saint-Maur de Martel, le tympan figure le Christ de la seconde Parousie.

La guerre de Cent ans interrompt la prospérité de ce pays. Ce n'est qu'à la fin du XVème siècle qu'un renouveau artistique voit le jour. Le cloître de Carennac est reconstruit et la salle capitulaire s'orne d'une émouvante Mise au Tombeau. La reconstruction de l'église Saint-Maur de Martel commencée au XIVème siècle s'achève enfin. Elle est la meilleure expression du style gothique méridional dans le Pays de la Vallée de la Dordogne lotoise.



la Renaissance


Les influences de la Renaissance italienne atteignent le château de Montal dont la cour intérieure d'une étonnante richesse décorative rappelle celle des plus beaux châteaux de la Loire. A Carennac, le château des doyens est cantonné de tourelles en encorbellement et s'orne de lucarnes sculptées. Subissant l'attraction des thèmes iconographiques de la Renaissance, l'église de Tauriac se couvre de peintures murales mettant en scène les prophètes et les sibylles préfigurant la venue du Christ.



les 17 et 18e siècles


Après les guerres de Religion de nombreuses demeures bourgeoises se construisent à Autoire, à Saint-Céré et à Martel. Sous l'impulsion de l'évêque de Cahors, Alain de Sominihac, s'édifient des couvents symboles de l'église triomphante de la Contre-Réforme (couvent des Récollets et Couvent de la Visitation à Saint-Céré). Chaque église s'orne de grands retables comme à Montvalent ou à Gagnac-sur-Cère.



le 19e siècle L'après Révolution française détermine une forte croissance durant la première moitié du XIXème siècle. Les campagnes connaissent un plein essor. Le patrimoine rural, d'une étonnante richesse, est la manifestation d'un sens esthétique inné. Fermes et maisons, caselles, pigeonniers, puits ou fontaines se déclinent en de multiples variantes selon l'entité paysagère Causse, Ségala ou Limargue.



le 20e siècle

Cette brillante civilisation s'effrite au cours du XXème siècle. L'exode rural commence. Une petite bourgeoisie se maintient dans les villes comme en témoignent à Souillac et à Saint-Céré les maisons construites dans les années 1930.