Autun

L’art de la Renaissance a peu marqué la ville d’Autun. Quelques hôtels particuliers et maisons à pans de bois peuvent être datés de cette époque. Le monument le plus remarquable est la fontaine Saint-Lazare achevée en 1543. La cathédrale a été dotée au début du XVIe siècle d’un riche ensemble de chapelles flamboyantes. La première chapelle au nord conserve un beau retable du XVIe siècle représentant l’Apparition du Christ à Madeleine. Plus loin, une chapelle s’éclaire d’un splendide vitrail daté de 1515 représentant “l’Arbre de Jessé”. Au musée Rolin, est exposé un bel ensemble de peintures sur bois du début du XVIe siècle.


Auxerre

De nombreux édifices religieux médiévaux ont profité de travaux de reconstruction ou d’embellissement. C’est le cas de l’église Saint-Pierre. L’intérieur, très austère, présente une ordonnance typique de l’architecture religieuse de la Renaissance dans la région. Le très beau choeur de l’église Saint-Eusèbe est reconstruit à partir de 1530. Un riche ensemble de verrières Renaissance l’éclaire. Deux portails illustrent la qualité des formules architecturales et décoratives de la Renaissance: le portail du clos de l’abbaye Saint-Pierre (vers 1540), orné d’une profusion de sculptures antiquisantes et celui de l’officialité (ancien évêché), élégante construction élevée en 1551 par l’évêque François II de Dinteville. Des hôtels particuliers (hôtel Amyot et hôtel de Crôle, rue de Paris, hôtel Delye, rue Soufflot) et de nombreuses maisons à pans de bois (quartier de la Marine, rue Joubert, quartier de l’Hôtel-de-Ville) subsistent de cette époque.


Beaune

Plusieurs bastions de l’enceinte attestent l’habileté des maîtres-maçons de la Renaissance. Quelques hôtels particuliers du XVIe siècle, au riche décor d’influence dijonnaise, bordent les rues de la ville, notamment rue de Lorraine. L’ancien hôtel de la Rochepot (ou de la Mare) a été construit au début du XVIe siècle par le drapier Jean Pétral. Les cours en sont bordées de galeries à plusieurs niveaux. La chapelle de Bouton, dans la collégiale, date de 1530. Elle présente des sculptures très raffinées.


Chalon-sur-Saône

Si l’hôpital, construit au XVIe siècle, ne présente guère d’éléments décoratifs caractéristiques, les verrières provenant de l’ancienne salle des malades et remontées dans la chapelle actuelle illustrent, dans l’esthétique propre à la Renaissance, des scènes de l’histoire de Joseph, Moïse et de la vie du Christ.


Dijon

Les maisons de la rue des Forges: l’hôtel Maillard (dit aussi maison Milsand), l’hôtel Morel-Sauvegrain mais aussi la maison des Cariatides (rue Chaudronnerie) ou la maison Chisseret (rue S.-Liégeard) témoignent d’un style proprement dijonnais. L’héritage flamand, teinté d’italianisme, a donné naissance à une esthétique originale à laquelle est attaché le nom d’Hugues Sambin. L’église Saint-Michel est reconstruite à partir de 1499. La façade, élevée entre 1520 et 1570, est un des exemples les plus spectaculaires d’architecture religieuse de la Renaissance en Bourgogne.


Joigny

En 1530, un incendie détruit la ville qui est immédiatement reconstruite. Le château est élevé de nouveau à partir de 1569 par le comte Louis de Sainte-Maure, sur les plans de l’architecte jovinien Jean Chéreau. Il est terminé au début du XVIIe siècle par le cardinal de Gondi. Mutilé au XIXe siècle, il est en cours de restauration. L’église Saint-Jean a été reconstruite de 1548 à 1596. C’est un chef-d’oeuvre de l’architecture religieuse de la Renaissance. La chapelle des Ferrand est aujourd’hui incluse dans les bâtiments du palais de justice: c’est une ancienne chapelle sépulcrale édifiée dans les années 1520-1530. Les églises Saint-Thibault et Saint-André ont été terminées ou remaniées au XVIe siècle. Joigny possède un des plus riches ensembles de maisons à pans de bois de Bourgogne, reconstruites après l’incendie de 1530. Leurs façades sont ornées de sculptures souvent de facture naïve et mêlent les ornements gothiques à ceux de la Renaissance. Citons la maison de l’Arbre de Jessé, la maison du Pilori, la maison de l’Ave Maria, la maison du Bailli.


Nevers

Le château des comtes puis des ducs a été édifié vers 1460. Il est encore gothique avec ses tours, tourelles et fenêtres à croisées de pierre. Mais la disposition régulière de tous ces éléments annonce l’art de la Renaissance.


Paray-le-Monial

Bien que consacrée en 1535, l’ancienne église paroissiale Saint-Nicolas est de style gothique tout comme son clocher massif. La maison Jayet est l’actuel hôtel de ville. Pierre Jayet, riche marchand drapier, a fait construire cette habitation de 1525 à 1528. Son style appartient à la première Renaissance et se caractérise par un rythme horizontal.