Le territoire de Meaux est constitué par une grande cuvette orientée nord-sud, creusée par la Marne dans le plateau de Brie. Un méandre de cette rivière, qui s'étendait beaucoup plus au nord que de nos jours, créait une presqu'île naturelle d'environ 200 hectares de superficie et accessible seulement par une gorge étroite au sud. Il y a plus de 2000 ans, une cité gauloise primitive, bâtie de huttes en bois, s'élevait au centre de cet espace protégé. Elle devint le chef-lieu d'une peuplade gauloise : les Meldes. Les gallo-romains transformèrent la physionomie de la cité, en lui donnant ses premiers grands édifices publics (théâtre, temples, thermes, etc.) A l'extrémité sud de la ville, une citadelle fut construite pour le contrôle de la seule voie d'accès terrestre. Les remparts, actuellement visibles le long du boulevard Jean Rose, correspondent au mur nord de celle-ci. Au nord-est de la ville, des fouilles archéologiques ont révélé la présence d'un important sanctuaire gallo-romain (site de la Bauve). Au IVème siècle de notre ère, la ville fut exposée aux invasions barbares qui la détruirent partiellement.



Meaux fut évangélisée dès le IVème siècle et devint rapidement le siège d'un évêché. En 1179, Meaux obtint sa charte communale des mains de Henri le Libéral, comte de Champagne. A la même époque, commence la construction d'une nouvelle cathédrale gothique (l'actuelle cathédrale Saint-Etienne). Meaux devint un pôle de commerce important, et la ville fut alors trop à l'étroit dans ses murs. On aménagea alors la rive gauche de la Marne pour accueillir le marché. En 1220, ce quartier fut fortifié. Entre le XIVème et le XVème siècle, les remparts s'élargirent progressivement vers l'est et vers l'ouest, au fur et à mesure de l'augmentation de la population.



La situation privilégiée de Meaux, à proximité de Paris, sur la route de l'Allemagne, favorisa au XVIème siècle la diffusion des idées réformatrices dans la cité. Guillaume Briçonnet (1470-1534), évêque en 1516, s'entoura dans son palais épiscopal, de clercs et de théologiens novateurs, parmi lesquels Guillaume Farel et Lefèvre d'Etaples. Mais la chasse aux hérétiques commença. En 1525, Briçonnet fur contraint de disperser le Cénacle de Meaux. La Réforme poursuivit néanmoins son chemin. La ville subît de nombreuses dévastations. Les Moulins de Meaux furent incendiés accidentellement, en 1567, puis reconstruits. L'entrée solennelle d'Henri IV à Meaux, le 1er janvier 1594, mit enfin un terme à plusieurs décennies de guerre civile dans la région.



Le XVIIème siècle fut marqué par la présence de Jacques Bénigne Bossuet. Il était âgé de 54 ans lorsqu'il devint évêque de Meaux. "L'Aigle de Meaux" résida régulièrement dans son diocèse. Il s'efforça de rétablir le catholicisme dans une région où le protestantisme était solidement implanté. Parallèlement, il soulagea autant qu'il put la misère des habitants. A sa mort en 1704, il fut inhumé dans la cathédrale de Meaux. Au XVIIIème siècle, Meaux comptait 4 à 5000 habitants et connut une période calme et prospère. La Révolution vint bouleverser les règles bien établies de la vie meldoise, avec la confiscations des biens du clergé et la mise en place d'une nouvelle administration.



Le XIXème siècle est une période de fort développement économique avec l'augmentation du marché des céréales et l'implantation de la culture de la betterave en 1806. La création du Canal de l'Ourcq fut une aubaine pour l'économie meldoise. Les fossés des anciennes fortifications furent comblés. En 1900, l'Hôtel de Ville est agrandi et doté d'une façade monumentale de style néo-classique. Les nouveaux équipements publics apparaissent selon un rythme soutenu : le théâtre (1845), l'éclairage au gaz (1846), le Temple protestant (1848), la voie de chemin de fer (1849), la halle métallique (1879), le Palais de Justice (1884)...



Dès le début de la première guerre mondiale, la capitale de la Brie va se trouver au coeur de l'affrontement, au cours de la bataille de la Marne. Meaux subit des bombardements destructeurs. C'est entre les guerres que les moulins seront totalement détruits par un incendie. L'essor urbain de la ville de Meaux à partir des années 1950, s'inscrit dans un mouvement d'ensemble d'urbanisation de la région parisienne. En 1959, une opération pilote est engagée à Meaux avec la construction du quartier de la Pierre Collinet, suivie quelques années plus tard par la réalisation de la Z.U.P de Beauval et de la zone industrielle. Dans les années 1980 est inaugurée la cité administrative, dotant la ville entre autre, d'un nouveau Palais de Justice et d'un Hôtel de Police.