A proximité de Paris, au coeur d'un plateau agricole fertile, Meaux est un centre historique d'origine antique, dont le riche passé médiéval s'organise autour de la cité épiscopale. La Marne et ses canaux de dérivation traversent et déterminent la ville. Le canal Cornillon, creusé au XIIIème siècle, au pied des fortifications du marché, est un des plus anciens canaux d'Europe.


Le centre historique se compose de deux entités distinctes qui s'étendent de part et d'autre de la Marne. Au nord, à l'emplacement du castrum antique, la ville médiévale présente un enchevêtrement de rues autour d'un pôle religieux : la cité épiscopale, héritée du castrum romain dont les remparts gardent l'empreinte. Au sud, le quartier du marché, né des foires de Champagne, a conservé la place au dessin triangulaire et le parcellaire médiéval.


La cité épiscopale de Meaux est l'une des rares encore intactes en Ile-de-France. Du nord de la cathédrale aux remparts gallo-romains, remaniés à l'époque médiévale, elle comprend le Vieux-Chapitre, le palais épiscopal, qui abrite aujourd'hui le musée Bossuet, et le jardin Bossuet. La cathédrale Saint-Etienne (1170-1530) présente une élévation intérieure élégante. Le choeur rayonnant de Gauthier de Varinfroy confère aux volumes un élancement qui contribue à la luminosité de l'édifice. Le palais épiscopal présente une fusion architecturale, du XIIème au XVIIIème siècle. Attribué à Le Nôtre, le jardin Bossuet tire un parti ingénieux de l'espace limité par les remparts, sur lesquels subsiste un ermitage du XVIIème siècle.


Le XIXème siècle s'accompagne d'une extension urbaine qui suit la vente des Biens Nationaux et la destruction d'une partie des remparts. Les faubourgs sont marqués par des réalisations pavillonnaires des années 1880-1940 et par un habitat populaire modeste. L'urbanisme des années 1950-1970 influence les créations des quartiers de Pierre-Collinet et de Beauval, éloignés du centre ancien.


Le plan d'urbanisation à Meaux dans les années 1950 a pour origine une proposition spontanée du célèbre architecte Le Corbusier, pour élever à Meaux une "cité radieuse". Mais après cinq ans d'études et de discussions, le projet échoue et Le Corbusier se retire. Ce sont ses disciples, Jean Ginsberg et Max Tournier qui entreprendront à partir de 1960, la construction de la Pierre Collinet.


Les derniers ensembles d'architecture contemporaine (Espace culturel, IUT, Cité administrative) s'efforcent de relier le centre ancien de Meaux et les quartiers contemporains. A la sortie de la ville, sur le site de La Bauve, des fouilles archéologiques ont été menées depuis 1985. Celles-ci ont permis de dégager les substructures d'un immense sanctuaire d'environ deux hectares : un vaste temple gallo-romain, ouvert sur une esplanade, qui semble avoir été érigé à l'emplacement d'un lieu de culte gaulois.