laissez-vous conter la Lorraine de siècle en siècle laissez-vous conter

On trouve mention de la ville, alors appelée Caturiges, dès les premiers siècles de notre ère sur la Table de Peutinger et l'Itinéraire d'Antonin. Toutefois, le réel essor de Bar le Duc remonte aux alentours de l'an mil, lorsque le duc de Haute Lorraine y fait édifier un château. La ville, qui devient au XIIIe siècle, le lieu de résidence privilégié des comtes puis des ducs de Bar connaît un essor important durant plusieurs siècles avant d'être supplantée par sa rivale, Nancy et de devenir une capitale secondaire du duché de Bar et de Lorraine.

Plusieurs fois assiégée par les troupes françaises au XVIIe siècle, la cité est finalement rattachée au royaume de France en 1766. La Révolution l'élève en préfecture de département statut qui marque désormais sa prédominance administrative sur sa voisine Verdun. Elle devient ville de frontière et, par conséquent, de garnison, au lendemain de la défaite de 1870 jusqu'à la fin de la première Guerre Mondiale.


Bar le Duc s'organise aujourd'hui autour de trois grands pôles. La ville basse, tout d'abord, la plus ancienne zone d'habitation, s'étend de part et d'autre de l'Ornain. Du Moyen Âge au XVIIIe, elle était essentiellement le quartier d'habitation des commerçants et des artisans. La ville haute, qui la surplombe au sud, était réservée aux chanoines des collégiales et aux familiers des comtes et des ducs de Bar. Si cette partition n'a plus cours depuis la Révolution, l'architecture de nombreuses demeures de la ville haute témoigne de la prospérité de la ville dès la fin du Moyen Âge et, surtout, aux XVIe et XVIIe siècles, tandis que le développement de la ville basse aux périodes postérieures se traduit dans l'agencement de style XVIIIe et XIXe siècles de certaines façades de ce quartier.

L'aménagement de la côte Sainte-Catherine, enfin, remonte aux années 1960. A la différence des grands ensembles architecturaux de cette époque, l'urbaniste Lanfranco Virgili y a privilégié des immeubles de taille réduite et des maisons individuelles.


Sommaire