Comme à Dieppe ou Amiens, la reconstruction a marqué les "anciens" de Coutances. Mais les enfants, eux, ne voient pas les différences entre l'original et la copie. Il fallait leur apprendre à retrouver l'histoire derrière les apparences architecturales.

L'été 44 est un souvenir maudit dans la mémoire des habitants de Coutances. Ils se réveillent à l'automne dans une ville détruite à 65%. L'architecte Louis Arretche, qui a travaillé aussi à Saint-Malo, fut l'artisan le plus efficace de la reconstruction.
Le plan d'urbanisme a respecté la trame de la ville ancienne; volumes et dessins des façades ont été conservés, certaines rues ont été un peu élargies. Plus de cinquante ans plus tard, les nouveaux bâtiments ont la patine des anciens.

Ce caractère spécifique de l'architecture de Coutances offre de riches possibilités d'investigation et de réflexion pour les élèves. En 1994, grâce à l'enseignante détachée responsable du service éducatif du Pays d'Art et d'Histoire, des lycéens de Coutances (deux classes du lycée agricole et une du lycée professionnel) ont découvert cette page d'histoire au travers de l'architecture et ont été sensibilisés à ce regard sur leur ville. "De Cosédia à Coutances, 20 siècles pour construire" ou "1944: 20 heures pour détruire" ou encore "De 1946 à 1966: 20 ans pour reconstruire ou le parcours du sinistré pour retrouver sa maison après la guerre" sont autant de thèmes qui ont permis aux jeunes Coutançais de redécouvrir leur ville. Une exposition présentant les trois volets (Construire, Détruire, Reconstruire) a eu lieu au musée de la ville durant tout l'été 1994. Deux fascicules ont été rédigés par les élèves du lycée agricole. Le premier, "Coutances avant la guerre", relate l'histoire de la ville, de son implantation à 1944, le second, "La Renaissance" raconte la reconstruction de la ville après la guerre.

Depuis 1995, "Conte-nous la ville" est une opération menée avec des enfants de grande section de maternelle durant toute l'année scolaire.

Les animations ont pour but de faire découvrir l'architecture aux tout-petits et de leur apprendre à regarder leur environnement. Leurs écoles se situent de surcroît au cœur des quartiers anciens qui font partie de la zone de protection du patrimoine urbain et paysager (ZPPAUP). Ainsi, les hôtels particuliers du XVIII
e siècle peuvent être l'objet de discussions "animées" autour de l'architecture et du décor (formes et dimensions, matériaux, fenêtres, couleurs...) et sources de création en ateliers d'arts plastiques, menés par le service éducatif accompagné d'architectes et de plasticiens. Au programme, construction de volumes, travail sur des décors choisis par les enfants.

Connaître sa ville, savoir se repérer et se situer dans ses espaces, découvrir les particularités de ses rues et de ses maisons, la beauté et l'originalité des lieux, c'est se préparer à sa vie future de citoyen. C'est dans ce sens que le service éducatif, à titre expérimental, a proposé aux jeunes enfants un travail sur la création architecturale en envisageant de montrer les travaux réalisés en fin d'année au musée.


> découvrez les thèmes et outils pédagogiques à Coutances




dolemeauxmentoncoutancesquimperpoitiersbasse-terrelavalviennebrian¨onpartenaytours bloisrennessaintesreims
arles