Blois


Face à la pression de l'examen final, il est parfois difficile pour les enseignants de lycée d'introduire l'éducation au patrimoine dans les programmes. Excepté lorsque les lycéens eux-mêmes ont l'idée d'intégrer la découverte d'un élément du patrimoine dans leur cursus et de le proposer comme sujet d'épreuve. A Blois, 90 lycéens en coiffure, esthétique et secrétariat, se sont entraînés sur la galerie de portraits du château.


L'animateur du patrimoine a ainsi travaillé à leur demande avec trois classes d'un lycée technique: une seconde et une terminale préparant un CAP d'esthétique ou de coiffure et une terminale se destinant à un bac professionnel de secrétariat.


Ces élèves souhaitaient travailler sur le château de Blois, proche de leur lycée, mais étranger à leur perception quotidienne. Ils ont désiré intégrer dans leur cursus un travail d'étude, d'imagination et de création sur le château et ses collections. L'intérêt était de les amener à progresser dans une pratique professionnelle à partir de l'étude des portraits et des sculptures du musée et de les inciter à s'approprier le monument et ses collections en inscrivant leurs découvertes dans une pratique culturelle durable.

Autres objectifs: la prise en compte de ce travail dans leur examen final, l'organisation et la promotion d'une exposition de leurs travaux au château, puis au lycée. L'Association des jeunes amis du château, la direction du lycée et l'animateur du patrimoine les ont aidés à monter le projet.


Tout a commencé très naturellement par un cycle de conférences données par l'animateur du patrimoine et le conservateur du château sur l'histoire du château de Blois et ses particularités, l'histoire de la coiffure et des coutumes esthétiques, la sculpture, les décors et les emblèmes architecturaux.

Les 90 lycéens ont fait d'incessants va-et-vient entre musée et lycée, les étudiants en coiffure et en esthétique, ont travaillé sur la galerie des 70 portraits du château en prenant des photos. Les étudiants en secrétariat se sont consacrés à l'étude de l'architecture. Ils ont recherché des emblèmes et ont fait un travail de création à partir de clichés photographiques préalables au dessin des pictogrammes de signalétique permettant de se repérer dans le château. Quant aux premiers, ils ont traduit dans un langage artistique les coiffures des médaillons de Nini, réalisé des maquillages utilisant différents ornements de l'architecture sur quelques portraits. Par le maquillage et la coiffure, ils ont projeté dans les années 50 des personnages des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles et, le plus étonnant sans doute, grimé les photocopies tirées de différents portraits du musée.

"Coups de brosses, coups de pinceaux ", c'est le nom de l'exposition présentée au château de Blois puis au lycée.


> découvrez les thèmes et outils pédagogiques à Blois




dolemeauxmentoncoutancesquimperpoitiersbasse-terrelavalviennebrian¨onpartenaytours bloisrennessaintesreims
arles