Chalon doit son origine extrêmement ancienne et son rôle de carrefour et de lieu d’échanges à sa situation privilégiée sur les bords de la Saône. Dès l’époque gauloise, les Eduens de Bibracte établissent leur port principal au sud de la ville actuelle. En fondant la cité de Cabilonnum, les Romains confirment l’importance du port et structurent la ville autour de deux axes nord-sud et est-ouest, le cardo maximus et le decumanus maximus. L’édification d’une enceinte dès la fin du IIIe siècle coïncide avec les invasions germaniques. Son tracé, visible encore de nos jours, épouse la forme demi-ovale du centre, l’enfermant dans un espace de 15 hectares environ et laissant de nombreuses habitations à l’extérieur, futurs faubourgs de la ville.

Dès le haut Moyen Age, s’affirment deux pouvoirs rivaux, celui de l’évêque, autour de la cathédrale Saint-Vincent et du chapitre cathédral, et celui du comte de Chalon puis du duc de Bourgogne matérialisé par le châtelet. La prospérité de la ville et l’augmentation de la population profitent aux faubourgs extra-muros: Saint-Jean-de-Maisel où se tiennent les grandes foires parvenues à leur apogée aux XIIIe et XIVe siècles, Saint-Pierre, autour d’une abbaye bénédictine construite sur le coteau, au nord du castrum, mais aussi La Massonière, Sainte-Marie, Saint-Laurent et Les Eschavannes. Ces derniers faubourgs seront en partie englobés dans la “basse enceinte” du XVe siècle. La construction de la citadelle vient compléter dans la seconde moitié du XVIe siècle, la nouvelle enceinte bastionnée de l’ingénieur Girolamo Bellarmato. Ces constants efforts d’entretien et d’adaptation des murailles s’expliquent par la situation délicate de Chalon, ville frontière entre la France et l’empire des Habsbourg.

 

Au début du XVIe sciècle, les bourgeois de Chalon fondent l’hôpital Saint-Laurent construit sur l’île du même nom. Le renouveau catholique de la Contre-Réforme suscite l’implantation de nombreuses communautés religieuses, Carmélites, Ursulines (emplacement du musée Denon), Visitandines, Oratoriens, Dames de Lacharres. Bâtie entre 1698 et 1713, l’église monumentale de la nouvelle abbaye Saint-Pierre jouxte le couvent des Carmes. Dans le quartier du Châtelet, bon nombre de façades sont reconstruites à l’époque classique (maisons de Barthélémy Magnien et de Gabriel Desarbres). Des hôtels particuliers, Virey (1612), Sassenay (XVIIe siècle), Noirot (1711), Chiquet (1770) témoignent de la transformation du paysage urbain, tout comme l’édification et l’aménagement des quais pendant le XVIIIe siècle. Les remparts, transformés en promenades et jardins entourent la ville d’une ceinture verte. L’ouverture en 1793 du canal du Centre, reliant la Saône à la Loire, puis l’établissement de la liaison ferroviaire avec Paris en 1849, confortent la position de carrefour de Chalon et favorisent très tôt l’implantation d’industries. La gare actuelle, inaugurée en 1893, s’accompagne d’une opération d’urbanisme de type haussmannien (boulevard de la République, square Chabas) sur l’emplacement des premières voies ferrées établies en 1850. Alors qu’au XXe siècle, se développent des zones résidentielles et industrielles en rupture avec la continuité urbaine, l’ouverture du musée Niepce en 1972, la création d’un secteur sauvegardé puis la signature avec l’Etat d’un contrat de ville moyenne contribuent à la valorisation du centre ancien.

Photos